Le Christ n’attend pas la conversion ou le repentir pour appeler

L’Eglise nous enseigne que la sainte Eucharistie est le lieu de rencontre privilégiée avec le Christ, dans la plénitude de la communion au sacrifice. On examinera donc ici comment le Christ se laisse approcher par les fidèles au cours de sa vie terrestre, afin d’en tirer un parallèle avec les conditions d’accès à la Sainte Table et peut-être quelques enseignements.

A la lecture attentive de l’Evangile le modèle d’accès à sa personne que nous propose le Christ repose sur une séquence tout à fait différente de l’accès à l’Eucharistie, tel que la Tradition le recommande : 

  • Pour l’Eglise, le repentir et la conversion doivent précéder la Communion : le fidèle en état de péché grave doit se confesser avant toute communion.
  • Pour le Christ la rencontre  (la communion) précède le repentir et déclenche la conversion que suivra le repentir, selon la séquence suivante :   accueil du pêcheur sans conditions aucunes, sans demande d’actes positifs, écoute et communion par la Parole, conversion et repentir ultérieurs.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

    1. Le piège est dans le repentir, il n’y a pas de repentir sincère si vous avez l’intention de continuer à pécher, si le divorce puis le mariage est une situation permanente de péché alors il n’y a pas de repentance.

      En fait, l’Église admet la communion sans avouer s’il y a repentance préalable (qui inclut une ferme intention de ne pas pécher) à condition qu’elle soit confessée le plus tôt possible (ce qui est logique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *